L’accès au diagnostics et aux soins psychiatriques

Plusieurs portes d’entrée permettent un accès aux diagnostics et aux soins :

  • les Centres Médico-Psychologiques (CMP) organisent des actions de prévention, de diagnostic et de soins.
  • Les activités de psychiatrie de liaison et d’urgence dans les services hospitaliers assurent une spécialisation des soins dans un environnement somatique.
  • Les activités de liaison avec les structures et partenaires de réseaux afin de faciliter l’accès aux soins.
  • Les unités d’hospitalisation temps plein permettent la prise en charge du patient dans la phase aiguë de sa maladie.

L’accès aux diagnostics en psychiatrie

Il existe des débats pour caractériser les troubles de santé mentale[1]. Ainsi, les frontières des catégories nosologiques qui qualifient les souffrances psychiques donnent parfois lieu à des incertitudes quant au diagnostic adéquat.

Par exemple, Claude Finkelstein[2], présidente de la Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (FNAPSY), précise : « Plusieurs éléments viennent perturber le diagnostic. Il y a […] une lecture différente des nomenclatures ; par exemple entre deux villes que je connais bien, Paris et Nice, il y a des personnes qui sont diagnostiquées « schizophrène » à Paris et « bipolaire » à Nice. Il y a le moment de la consultation. Les professionnels regardent et écoutent la personne à un instant t et peut-être qu’à cet instant t, la personne présente plus des troubles bipolaires que des troubles schizophréniques ou le contraire, etc. Il y a l’interprétation des symptômes. ».

La continuité des soins en psychiatrie

Quels éléments favorisent ou pas le maintien dans les soins en terme d’organisation de l’offre ?

Les établissements sanitaires en santé mentale ont des missions de prévention, de diagnostic, de soins et de suivi pour adultes, adolescents et enfants.

Malgré l’ensemble de ce dispositif,  il existe des personnes présentant des troubles psychiatriques ou une souffrance psychique qui n’ont aucune prise en charge psychiatrique ou des personnes qui au cours de leur parcours de soins n’ont plus recours à ces dispositifs. Par ailleurs, le recours à l’hospitalisation reste important au regard de l’offre ambulatoire qui a pour objectif d’accompagner les patients en favorisant leur maintien à domicile.

Les raisons de ces difficultés d’accès aux diagnostics et aux soins sont multiples, elles peuvent être liées au fait que les personnes soient exclues socialement ou s’excluent elles-mêmes du soin en raison de leur extrême isolement social ou/et de leur déni des troubles, mais elles peuvent également être inhérentes au contexte géographique, à la démographie médicale et à nos organisations.

[1] Autès M, Le champ conflictuel des connaissances du trouble psychique in Demailly, L. & Autès, M. (2012). La politique de santé mentale en France: Acteurs, instruments, controverses. Paris: Armand Colin.

[2] Finkelstein, C. (2011). Troubles psychiatriques : diagnostic, appellation, stigmatisation: Le point de vue des usagers. L’information psychiatrique, volume 87,(3), 211-212. URL : https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2011-3-page-211.htm