La notion de parcours

Penser les parcours de vie, et pas seulement les parcours de santé ou de soins, permet de prendre en compte la diversité des trajectoires existantes. Le parcours de chaque personne lui est propre, et relève de dynamiques et de logiques qui lui sont spécifiques.

 

La notion de parcours de vie permet de penser les différentes ressources existantes pour les personnes (éducation, culture, justice, santé, emploi…) afin qu’elles soient accessibles spatialement, financièrement, et socialement.

 

Le parcours de santé s’entend comme la prise en charge globale, structurée et continue des patients, au plus près de chez eux. Et correspond à « l’ensemble des étapes et le cheminement parcourus par un sujet dans un système sanitaire et social organisé, dans un temps et un espace donnés » (ARS, « Lexique des parcours de A à Z », 2016).

 

Quant au parcours de soins, il permet l’accès aux consultations de 1er recours et, quand cela est nécessaire, aux autres lieux de soins : hospitalisation programmée ou non (urgences), hospitalisation à domicile (HAD), soins de suite et de réadaptation (SSR), unité de soins de longue durée (USLD) et établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)

 

La continuité des parcours de vie est un enjeu de qualité de vie et de bien-être, donc de santé. « Les patients aspirent à ce que le séjour hospitalier ne soit pas, ou le moins possible, synonyme de rupture avec la vie professionnelle, familiale et sociale. Confrontés à une complexité croissante des recours disponibles, ils attendent des réponses de plus en plus globales, des réponses qui intègrent le soin, l’éducation, la prévention et l’information, facilitent l’accès aux services, et en garantissent la sécurité et la continuité.[1] »

 


[1] Michel Cremadez et Edouard Bichier (2012 « Du séjour au parcours de soins – Les obstacles culturels et organisationnels »Revue hospitalière de France, n° 546, mai-juin 2012.