Yearly Archive 2018

Byadmin8462

Le psychotraumatisme chez les exilés

Parution du dernier numéro de Mémoires.

Le Centre Primo Lévi, qui procure des soins aux victimes de la torture et des violences politiques a sortie en Septembre 2017 le dernier numéro de sa revue Mémoires.

Tous les numéros sont disponibles gratuitement en PDF.

L’ensemble des numéros sont accessibles ici.

Ci-dessous, l’édito du numéro :

Edito : Les blessures réfléchissent

 

Dis-moi qui t’a blessé, je te dirai d’où tu viens.

Dis-moi ce qui te blesse, je te dirai qui tu es.

 

Soigner c’est comprendre, soigner c’est apprendre.

Ce numéro de Mémoires décrit de façon très concrète le métier du Centre Primo Levi et donne le sens profond de son action et de son utilité.

L’être humain est irréductible.

Toute tentative de le réduire à un corps, pour des raisons pratiques ou idéologiques, porte atteinte à sa dignité et à son intégrité, aboutit à un moindre soin.

Son esprit peut, comme le corps, subir un choc, il peut être blessé et donc soigné.

Ce sont des soignants qui l’ont appris de ceux qui revenaient de la guerre du Vietnam.

Puis ils ont témoigné, et ils se sont battus pour faire admettre cette idée qu’il existe des blessures psychiques, qu’il existe un « psychotrauma ».

A propos d’une personne qui revient traumatisée d’une zone de conflit, on ne dit plus « un lâche » ou « un faible », on dit « un patient ».

 

Le soin est une science humaine et une science politique.

 

Le Centre Primo Levi s’inscrit dans cette lignée en se battant au quotidien contre toute tentative de simplifier, de standardiser, d’accélérer, d’exclure et donc de réduire le soin en qualité et en dignité.

Les personnes exilées victimes de la violence politique que nous soignons au Centre Primo Levi nous invitent à un dialogue singulier entre la blessure et le blessé, à une réflexion qui est au cœur du message de Primo Levi sur l’homme irréductible confronté à la violence éternelle.

C’est l’iniquité et l’unicité de cette violence qu’il faudra décrypter, démêler, apaiser, soigner avec au cœur la modestie de celui qui sait qu’on ne pourra pas réécrire l’histoire, avec au cœur cet idéal que ce soin est un chemin de paix.

Le Centre Primo Levi a fait le choix d’inscrire la psychanalyse au cœur du soin, comme une démarche scientifique et clinique, réfléchie, inscrite dans un temps long, profond et individualisé. C’est un choix essentiel.

Le Centre Primo Levi a aussi fait le choix du croisement des pratiques et des savoirs autour du patient et avec lui.

 

La bonne mesure du soin, c’est le « sur mesure ».

Celui qui a été complétement dénudé, dont l’existence ne tient plus qu’à un fil, il nous appartient de le revêtir du plus ajusté des costumes, pour l’aider à vivre la suite de son histoire.

 

Antoine Ricard, Président du Centre Primo Levi

 

Byadmin8462

Effets des GEM sur les situations de vie de leurs adhérents : Rapport ANCREAI 2017

L’étude nationale conduite par l’ANCREAI sur les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) a visé en particulier à définir :

  • ­le sens et les bénéfices que trouvent les membres du GEM à participer à ce collectif d’entraide ;
  • ­les modalités  de la gouvernance et de fonctionnement du GEM susceptibles de favoriser à la fois le « pouvoir d’agir » de ses membres et le processus singulier de rétablissement de chacun d’entre eux.
  • ­la place qu’occupe la participation au GEM dans le parcours de vie complexe et chaotique de ces personnes, ainsi que son articulation avec les soins et les autres modes de soutien mobilisés.

Un panel diversifié de 25 GEM (20 GEM « Handicap psychique » et 5 GEM « TC-LCA ») ont participé à cette étude qualitative dans le cadre d’entretiens collectifs et individuels.

Cliquez ici pour accéder à l’étude et à sa synthèse

Byadmin8462

Premiers secours en santé mentale

L’INFIPP (organisme de formation professionnelle), Santé Mentale France et l’UNAFAM , en s’appuyant sur des expériences dans les pays anglo-saxons (Australie, Canada, Grande-Bretagne), ont mis au point une formation de premiers secours en santé mentale.

L’objectif est, comme pour les premiers secours somatiques, que les citoyens soient formés à réagir si ils constatent qu’une personne a besoin d’être aidée et secourue, avec comme différence le fait que la “crise” relève d’une souffrance psychique.

A terme, cette action permettra de lutter contre la stigmatisation et accélérer l’accès aux soins lorsque ceux-ci sont nécessaires.

Toutes les informations sont à retrouver sur le site de Santé mentale France en cliquant ici.

Byadmin8462

Emploi et handicap psychique

L’ARESAT Bretagne a mis à jour son recueil d’expériences.

Ce recueil décrit les différentes initiatives, en Bretagne et ailleurs, pour accompagner dans le travail les personnes en situation de handicap psychique.

Dans les Côtes-d’Armor, les activités de l’ESATco de Plourivo et de Trajectoires 22 y sont décrites.

Vous pouvez télécharger le document en cliquant ici.

Le site de l’ARESAT Bretagne : http://www.differentetcompetent.org/

Byadmin8462

L’éducation thérapeutique en santé mentale

Le Pôle Ressource en Education thérapeutique du patient (ETP) Bretagne a proposé le 20 février dernier une journée d’échange sur le thème “ETP et Santé Mentale”

Les compte-rendus des interventions sont disponibles en suivant ce lien.

 

Vous pouvez également retrouver les actions d’éducation thérapeutique menées dans les établissements spécialisés en psychiatrie ici .

 

Byadmin8462

Un diplôme de médiateur pair

Le Programme “Médiateur de santé pair”, porté par le CCOMS *, est un projet innovant en France, qui permet aux anciens usagers en psychiatrie d’être présents au sein des équipes de santé mentale.

La littérature internationale montre que l’intégration de pairs-aidants dans les services de santé mentale a des effets positifs pour : **

− les usagers des services de santé mentale (amélioration de l’accès aux soins et de l’observance du traitement, transmission aux usagers de l’espoir du rétablissement à tous les stades de la maladie, développement de l’emporwerment des usagers, amélioration de leur fonctionnement social, diminution de l’auto-stigmatisation et de l’estime de soi, etc.)

− les équipes de soins (diversification et amélioration de la prise en charge, amélioration de l’alliance thérapeutique, évolution favorable des représentations liées aux personnes souffrant de troubles psychiques, etc.)

− les pair-aidants eux-mêmes (amélioration de la qualité de vie, reprise d’une activité professionnelle, évolution favorable du parcours du rétablissement)

Le diplôme universitaire (DU) de médiateur-pair en santé mentale a donc vu sa première promotion créée en fin d’année 2017.

L’objectif est de former des médiateurs qui intègreront des équipes de soins et contribueront à l’amélioration de l’accompagnement des personnes souffrant de troubles psychiques.

 

∴  Renseignements complémentaires sur le site du CCOMS  ∴


*  Centre collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale

**  Constats issus de la présentation du projet, disponible ici

Byadmin8462

Actus – Santé mentale et citoyenneté

Le 13 juin prochain, Santé Mentale France organise une journée d’étude sur le thème “Santé mentale et Citoyenneté”.

Comment des bénéficiaires usagers peuvent ils devenir des bénéficiaires experts ? Quelle forme peut prendre la lutte contre la stigmatisation ?
Comment inscrire dans une dynamique inclusive nos accompagnements pour construire un espace de citoyenneté commun à tous ? Comment travailler pour un accès de tout à tous ?

Programme et inscriptions disponibles ici